THE GREATEST
hey, salut gars. tu sais qu'on est pas encore ouvert ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 when we were on fire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatarInvité
Invité


MessageSujet: when we were on fire   01.02.16 0:09

eagles james

hold back the river


nom & prénom : eagles, ce nom n'est pas vraiment connu en ville, ils se font discret les aigles. Puis James, jamie pour les intimes, jim pour les potes. Un nom assez anglais, presque unique trace de ses origines.  âge & date de naissance : le châtain a fêté ses trente ans il y a peu de temps, il est né un vingt janvier 1986. Une trentaine non regrettée, un âge bien attendu. origines & nationalité : monsieur a du sang anglais qui coule dans ses veines, il est même né à Manchester avant de venir déménager à la Nouvelle-Orléans lorsqu'il avait quatre ans. Avec son petit accent british, il s'est mêlé à la culture américaine avec brio, mais le thé de quatre heures de sa mère, lui reste toujours comme habitude. Il possède donc une double nationalité, il est Anglais et Américain. études & emploi : après des années d'études en médecine, de longues et interminables autres à être interne - sous-fifre - de tous, il est enfin devenu médecin, d'une médecine générale avec une spécialisation dans le suivi de grossesse et les accouchements. Il n'est pas gynéco, mais c'est tout comme. Il reste médecin. statut civil & orientation sexuelle : le jeune Eagles n'a aimé que des femmes tout au court de sa vie, il est fasciné par toute la grâce qu'elles peuvent avoir aussi naturellement, mais il est à ce jour, célibataire. qualités & défauts : c'est quelqu'un d'altruiste, de très porté vers les autres, monsieur est dans le social et ce n'est pas pour rien, il veille toujours au bien des autres, jusqu'à s'en oublier un peu lui même.. c'est un homme ambitieux, mais sage. Il n'est pas très patient et perd très rapidement son calme dans certains cas. Il est aussi assez secret, une habitude qu'il a pris depuis son enfance maintenant, à ne jamais se dévoiler. Il est taquin, assez attentif aussi. Mais il peut être un peu fier parfois et détester lorsqu'il ne peut avoir quelque chose qu'il a souhaité. C'est quelqu'un de très exigeant envers lui même et bien souvent, envers les autres. Il n'est pas défaitiste, mais il a arrêté de croire naïvement en tout. Il aura tendance à vous dire ce qu'il pense sans prendre de pincettes, surtout si vous ne le méritez pas, même s'il reste en toute occasion courtois. Il a souvent perdu son sang froid en étant étudiant, il ne supporte pas l'injustice. Il sera déterminé lors de certaines occasions, intransigeant dans d'autres mais également tout aussi généreux et sympathique ailleurs. groupe : living in the past avatar & crédits : sam claflin, hepburns + outlines.


le massacre : james était dans les rangées du fond de la classe visée ce jour-là, il se prit une balle dans le bras et faillit y passer à cause du sang perdu. Il fit d'inombrables cauchemars par la suite, il en vint à culpabiliser d'être en vie lui et non pas tous ses amis. Il n'éprouva jamais de haine envers Sandra ou son père, il ne voulut même pas voir le vrai visage de cet homme. Mais il fallait soulager sa mère au plus vite et lui montrer que tout allait bien, alors durant longtemps, il ne se dévoila pas sur ce sujet. Mais cela le rongea et s'enfonçant dans une fausse culpabilité, il dut contacter un psychologue après avoir un jour, craqué et tout dévoilé à ses proches sur tout ce qu'il pensait de cela. Il cauchemarde encore de temps en temps à propos d'attaques soudaines, d'armes à feu. Longtemps, il sursautait au moindre bruit suspect aussi. Mais aujourd'hui, il sait que c'est cette épreuve qui lui a donné l'envie de devenir médecin, un métier aux soins de personnes, un métier pouvant sauver des vies. Il fait toujours quelques crises d'angoisses, surtout la nuit, après ses cauchemars. Mais ce n'est plus comme lorsqu'il était adolescent, ce n'est plus que lorsqu'il est stressé.


stay and play
Son grand-père lui a donné la passion de la voltige, du vol. Il a d'ailleurs son diplôme de pilote pour avion de taille moyenne, depuis ses seize ans. Il aime s'évader dans les airs, quitter le sol, être sous l'adrénaline du moment et ne plus penser à quoi que ce soit. James fait régulièrement des crises d'angoisses, qui viennent en général, la nuit. Il fait parfois des cauchemars d'hommes armés menaçant sa famille, ou venant tuer tout le monde. Il se réveille souvent en criant, une culpabilité sur les épaules et un sentiment d'effroi lui emplissant tout son être. Alors il perd son souffle, il s'enferme dans cette terreur et il suffoque comme jamais. Il sait très bien faire du piano. Il est allergique aux poils de chiens, à la framboise et aux hipsters qui disent ne pas aimer Star Wars. C'est comme si ne pas aimer Star Wars était l'ancienne mode de devenir végétarien pour lui. Il aime les vieilles voitures, mais il n'en a jamais conduit mis à part celui de son grand-père. Il sait que durant sa retraite, il s'en achètera une, ou retapera la seule qu'il ait jamais connu. Il est anglais et malgré qu'il soit arrivé sur le sol américain à ses quatre ans, il possède toujours ce petit accent, bien que légèrement moins prononcé qu'en temps normal. Il est heureux que sa mère ait continué à leur inculquer des habitudes anglaises comme le thé ou le soccer. Il s'habille très souvent en costume, en dehors de sa blouse blanche de médecin. James ne parle jamais de la tuerie, même s'il le devrait. Malgré les nombreux rendez-vous chez le psychologue lorsqu'il était adolescent, il lui reste encore du travail à faire sur lui-même pour en sortir. Le châtain n'a eu que deux petites amies dans sa vie. Il n'a jamais été vraiment amoureux, ou en tout cas, ce n'était pas des sentiments vraiment très forts. Puis, il gardait toujours en tête un moment bien présent, bien vivant d'un de ses premiers baisers. Sa vie professionnelle est assez prenante, il n'a pas beaucoup l'occasion de rencontrer sérieusement des jeunes femmes mis à part ses patientes mais son éthique professionnelle l'empêche de penser à elles. Cela embête ses sœurs d'ailleurs, qu'il soit toujours célibataire. Elles n'aimaient pas la dernière petite-amie en date, elles font tout pour lui trouver des prétendantes.


pseudo & prénom : hollows, marc. âge & pays : vingt-trois, france. avis sur le forum :    fréquence de connexion : quotidienne, moins présent les weekends autre : big up à my girls et les MIS    


Dernière édition par James Eagles le 01.02.16 15:34, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatarInvité
Invité


MessageSujet: Re: when we were on fire   01.02.16 0:09

ghosts that we knew
chronologie
20 janvier 86 - le nourrisson s’époumone dans la chambre d’hôpital, deux regards bienveillants le couve, il est accueilli avec un amour immense. james, quatre ans - nouvelle maison, thé médiocre, le blondinet quitte ses amis mais ne pleure pas une seule fois.. ces gens ici ont un accent étrange, mais il sait qu'il s'y fera. james, cinq ans - le châtain part en courant sur la route en face de chez lui, il veut rejoindre au plus vite le parc pour enfants. Sa mère s'écrie, il se retourne, il a faillit se prendre une voiture de peu. Il tombe et de là, il se fait cette cicatrice à l'arcade sourcilière qu'il gardera toute sa vie. james, sept ans - james a une petite copine, elle s’appelle jenna. Elle est toute jolie avec ses tresses encadrant son visage, c'est un véritable coup de cœur. Malheureusement, elle préfère ses bonbons que ses bisous. james, neuf ans - il était temps d'apprendre à faire du vélo, james réussit à descendre l'allée, encouragé par ses frères et sœurs plus jeunes que lui. Il est tout fier, malgré son bobo au menton. Le soir, il en profite pour tirer les cheveux de la benjamine et fait une course poursuite avec tous les autres. james, dix ans - james est au sol, il a les tympans qui lui font mal et le bras qui saigne, il pleure silencieusement parce qu'il a compris que s'il fait un geste, il peut mourir comme pépé. Plus loin, il voit ses amis qui sont par terre, ceux avec qui ils venaient de jouer dans la cours de récré, ils ont les yeux ouverts et ils ne rient plus. james, dix ans et demi  - maman dit qu'il faut oublier tout cela, maman dit que ce monsieur dans ce grand bureau, va l'aider à aller mieux et à ne plus faire de cauchemars. james, onze ans - plus tard, james sait qu'il sera médecin, parce qu'il pourra sauver des vies. james, vingt ans - james se rend à la commémoration, il est entouré des quatorze autres survivants et il se sent étrange. Il comprend, aujourd'hui, ce à quoi il a réellement survécu. Il en frissonne, le cœur battant, à chaque noms et prénoms de ses anciens camarades de classe tombés ce jour-là.

James est dans la pénombre, le soleil a tiré sa révérence depuis déjà trois heures et il est dans sa chambre, à essayer de dormir. Il entend des discussions lointaines, s'élevant de la chambre d'une de ses sœurs recevant ce jour là, sa meilleure amie. Il soupire. Il se lève. L'éclat de la lune venait envahir une partie de la pièce, caressant chaque objet de sa douce lueur. Il était peut-être possible que ce soit à cause de cette lumière, qu'il n'arrivait pas à trouver le repos, mais le châtain aimait trop cet astre avec tant de prestance, pour lui fermer son volet au nez. Ses pensées filaient dans tous les sens, il réfléchissait à son avenir. A dix-sept ans, le choix de ses études était plus qu'éminent et il n'était pas sûr d'avoir les capacités pour entrer en médecine. Malgré ses excellentes notes en biologie, malgré son attrait envers les autres. C'est un choix vraiment important qu'il aura à faire à la fin de cette année scolaire et il n'était pas sûr d'être encore assez mature sur ce sujet pour y réfléchir réellement. Mais il n'a pas le temps d'y penser plus, que la porte de sa chambre s'entrouvre. Il se lève doucement, sans faire de bruit. Il observe alors, tapis dans l'ombre, une demoiselle entrer dans son antre. Il se questionne. Elle avance à taton et visiblement, elle ne le voit pas. Alors un sourire malicieux se dessine sur son visage, pensant déjà à la prochaine blague qu'il pourrait faire. Le jeune Eagles avance, pieds nus, jusqu'à se positionner derrière elle. Il se rend alors compte que non, ce n'est pas une de ses sœurs, mais bel et bien l'invitée de la maison ce soir là. Et il l'apprécie, beaucoup, malgré les multiples taquineries qu'il lui fait à longueur de journée. Parce qu'après tout, l'aîné d'une famille sert aussi à embêter ses frères et sœurs et lorsqu'une fille finit par être presque H24 au domicile familial, elle finissait par subir le même sort que les autres. Puis, c'était la petite sœur de son meilleur ami, alors il avait aussi le droit de l'embêter comme il le souhaitait. Se donnait-il des excuses à cet instant présent afin d'avoir un contact avec elle ? C'était effectivement peut-être le cas, mais c'était bien plus facile d'ignorer cette petite voix intérieur le questionnant. Sans qu'elle ne s'y attende, il pause alors ses deux mains sur ses épaules en même temps, d'un geste un peu brusque. Elle sursaute comme jamais, laissant échapper un petit cri. Alors il rit, à demi teinte afin de ne pas réveiller la maisonnée. Qu'est-ce que tu fais là ? Elle ne l'appréciait pas des masses, il le savait. Peut-être parce qu'elle était persuadée qu'il n'était qu'un goujat, peut-être parce qu'elle le catégorisait dans la même case de don juan que son frère. James prenait donc un malin plaisir à être le plus sérieux possible et à sortir sa grosse voix. Elle s'était retournée vers lui dans son sursaut et une de ses mains s'était baladée dans ses cheveux afin de se donner de la contenance. Oh, je.. Ta sœur m'a dit de venir chercher un haut qu'elle m'a emprunté dans une pile de vêtements à toi et.. Le châtain ne l'écoutait qu'à moitié, tout ce qu'il voyait, c'était les yeux chocolats de la demoiselle se balader sur son torse. Je rêve où tu es en train de me mater ? la coupe-t'il. Alors elle s'offusque, il observe, par le clair de lune, ses joues devenir un peu plus rosées qu'avant et elle croise les bras contre sa poitrine. Une moue mécontente sur le visage, elle fixe dorénavant les prunelles du jeune homme, mais le trouble s'y lit. Il sourit, fier de lui. N'importe quoi, je.. Sans vraiment y réfléchir, James avait réduit à néant les quelques centimètres régnant entre eux. Deux douces mains tentant vainement d'arrêter son avancée, vinrent se poser sur son thorax, tandis qu'il sentait le souffle chaud de sa proie contre sa peau. Parce qu'il était passé au rôle, au comportement de prédateur en l'espace d'un instant et elle était désormais, sienne. La peau du châtain était brulante. C'était un tout autre jeu qu'ils venaient de commencer, tous les deux. Non pas un où, ils allaient s'observer en toute discrétion, non un un où, ils allaient s'envoyer une tirade qu'ils savaient, mettrait dans tous les états, l'autre. Non, une nouvelle approche, une qui, laissait parler cette alchimie que chacun avait toujours sentit mais jamais assumé. Elle ne lui avait jamais paru plus belle qu'à cet instant, sous les caresses des éclats de la lune. Il désirait ses lèvres, il s'en approcha. Mais il ralentit sa course, en croisant dans le regard de la jeune femme, une hésitation. Alors à quelques centimètres de l'embrasser, il se stoppa, laissant le temps en suspens. Ils étaient assez proches pour que leurs souffles se mélangent, pour sentir le parfum de l'autre et même, ressentir le cœur battant à toute trompes de chacun. Alors c'est elle, qui décida pour eux deux. Lui qui, s'était résolu à ne pas gouter à l'innocence de ses lèvres, elle le surprit en calant une de ses mains derrière sa nuque et l'amenant à elle. D'un baiser d'abord timide, James passa l'une de ses mains dans le dos de sa douce afin de l'amener d'autant plus à lui. Il s'accrocha à ses lèvres comme jamais il ne l'avait fait avec quiconque, goutant à la pureté parfaite de cet être qu'il n'avait jamais cessé de trouver délicieuse. Il savait qu'il était son premier baiser, il savait l'importance que cela pouvait avoir à ses yeux, il se sentait privilégié, fier même. Il lui offrit toute l'affection, toute la délicatesse et la passion qu'il pouvait lui offrir à cet instant présent. Jusqu'à ce qu'ils aient à se séparer. Une chaude passion dans le regard pour chacun, une lèvre inférieur mordue pour elle. Ils en redemandaient, de l'autre, de cette alchimie, de cette sensation d'être en apesanteur, le temps en pause, dans une bulle loin de tout, juste à deux. Mais c'était trop tard, le temps, la réalité, les avaient déjà rattrapés. Tu as trouvé ton pull ? claironna une voix féminine à l'autre bout du couloir. Les yeux écarquillés, la peur d'être surpris par sa meilleure amie, c'est elle qui se repris en premier. Elle attrapa le pull et lui lança un dernier regard, avant de venir jusqu'à la porte. Oui oui, j'arrive. annonça-t'elle à la sœur de James. Lui qui, l'avait rejoint près de sa porte, lui attrapant la main. Alors dans le creux de son oreille, il lui souffla C'est toi qui m'a embrassé la première. D'un sourire timide, un peu gênée, elle l'observait la dévorer du regard. Ce sera à toi, de m'embrasser la prochaine fois alors. Et déjà, elle s'en était allée. Ce second baiser n'arriverait jamais, ils n'auront jamais l'occasion de le renouveler et cette passion éphémère sera encore une fois, refoulée, jusqu'à être mise de côté à cause des aléas de la vie et de chemins différents empruntés. Mais, ce serait pour mieux se retrouver, une dizaine d'années plus tard, dans le cabinet du châtain.


Dernière édition par James Eagles le 01.02.16 12:58, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatarInvité
Invité


MessageSujet: Re: when we were on fire   01.02.16 0:17


bonjour, bonsoir, bienvenue, des bisous sur tes joues, tout partout, tout ça
Revenir en haut Aller en bas

avatarLola Rutledge
we keep this love in a photograph.
MESSAGES : 100 SINCE : 30/01/2016 NICKNAME : dameron (marie). FACE, @ : k. mara; @herjuliwii.
HEART › : soon to be divorced, her heart slipt in two parts. her body laughing at her with a surprise bump.


we are the heroes of our time
RP › : (3/3) - fr
LINKS › :

MessageSujet: Re: when we were on fire   01.02.16 0:19

t'es beau

____________________________________________________

I don't wanna be someone who walks away so easily. i'm here to stay and make the difference that I can make. Our differences they do a lot to teach us how to use The tools and gifts we got, yeah, we got a lot at stake and in the end, you're still my friend at least we did intend For us to work we didn't break, we didn't burn. We had to learn how to bend without the world caving in. I had to learn what I've got, and what I'm not, and who I am @jason mraz

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInvité
Invité


MessageSujet: Re: when we were on fire   01.02.16 0:22

ça vous dit on fait des bébés tous les trois ?
Revenir en haut Aller en bas

avatarLola Rutledge
we keep this love in a photograph.
MESSAGES : 100 SINCE : 30/01/2016 NICKNAME : dameron (marie). FACE, @ : k. mara; @herjuliwii.
HEART › : soon to be divorced, her heart slipt in two parts. her body laughing at her with a surprise bump.


we are the heroes of our time
RP › : (3/3) - fr
LINKS › :

MessageSujet: Re: when we were on fire   01.02.16 0:27

mmh... oké, j'suis chaude

____________________________________________________

I don't wanna be someone who walks away so easily. i'm here to stay and make the difference that I can make. Our differences they do a lot to teach us how to use The tools and gifts we got, yeah, we got a lot at stake and in the end, you're still my friend at least we did intend For us to work we didn't break, we didn't burn. We had to learn how to bend without the world caving in. I had to learn what I've got, and what I'm not, and who I am @jason mraz

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarLola Rutledge
we keep this love in a photograph.
MESSAGES : 100 SINCE : 30/01/2016 NICKNAME : dameron (marie). FACE, @ : k. mara; @herjuliwii.
HEART › : soon to be divorced, her heart slipt in two parts. her body laughing at her with a surprise bump.


we are the heroes of our time
RP › : (3/3) - fr
LINKS › :

MessageSujet: Re: when we were on fire   01.02.16 14:10

on est d'accord que je les ship déjà hein ?
la fiche est parfaite, le personnage touchant, le couple prometteur. c'est tout bon pour moi
(bon maintenant on va tester la validation sur telephone... kesketumefépafer Arrow)
(oh et le mot c'est obstétricien pour le metier )

____________________________________________________

I don't wanna be someone who walks away so easily. i'm here to stay and make the difference that I can make. Our differences they do a lot to teach us how to use The tools and gifts we got, yeah, we got a lot at stake and in the end, you're still my friend at least we did intend For us to work we didn't break, we didn't burn. We had to learn how to bend without the world caving in. I had to learn what I've got, and what I'm not, and who I am @jason mraz

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInvité
Invité


MessageSujet: Re: when we were on fire   01.02.16 14:13

I love you I love you I love you
(tu peux l'faire, j'crois en toi )
(non mais je sais, mais je voulais le faire un peu des deux )

thanks a lot, ma luciolle
Revenir en haut Aller en bas

avatarLola Rutledge
we keep this love in a photograph.
MESSAGES : 100 SINCE : 30/01/2016 NICKNAME : dameron (marie). FACE, @ : k. mara; @herjuliwii.
HEART › : soon to be divorced, her heart slipt in two parts. her body laughing at her with a surprise bump.


we are the heroes of our time
RP › : (3/3) - fr
LINKS › :

MessageSujet: Re: when we were on fire   01.02.16 14:18

la force fut avec moi olala. t'as été validé à Versailles, c'est pas royal ça ? (Versailles, royal, tu l'as ?)
bon du coup on va avoir un lien since lola a un chiard dans le bide
derien

____________________________________________________

I don't wanna be someone who walks away so easily. i'm here to stay and make the difference that I can make. Our differences they do a lot to teach us how to use The tools and gifts we got, yeah, we got a lot at stake and in the end, you're still my friend at least we did intend For us to work we didn't break, we didn't burn. We had to learn how to bend without the world caving in. I had to learn what I've got, and what I'm not, and who I am @jason mraz

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarInvité
Invité


MessageSujet: Re: when we were on fire   01.02.16 14:19

c'est tellement la classe, j'en reviens pas

pas de soucis, tu le sais bien
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: when we were on fire   

Revenir en haut Aller en bas
 
when we were on fire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premium Deck Series: Fire & Lightning
» Nouvelles regles escarmouche : Rate of Fire
» [3DO] Return Fire
» [Comic] Première BD Hero Factory 2011 : Ordeal of Fire
» Deck Recon: Rapid Fire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE GREATEST :: i'll raise you like a phoenix :: coming home :: something better-
Sauter vers: