THE GREATEST
hey, salut gars. tu sais qu'on est pas encore ouvert ?



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (sweet harmony)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatarLola Rutledge
we keep this love in a photograph.
MESSAGES : 100 SINCE : 30/01/2016 NICKNAME : dameron (marie). FACE, @ : k. mara; @herjuliwii.
HEART › : soon to be divorced, her heart slipt in two parts. her body laughing at her with a surprise bump.


we are the heroes of our time
RP › : (3/3) - fr
LINKS › :

MessageSujet: (sweet harmony)   31.01.16 14:53

lola rutledge

the worst is yet to come


nom & prénom : lola rutledge. ce nom a tant de fois fait la une des ragots en ville. gravé sur la plaque commémorative du 27 avril 1996, il est celui de sa cadette, madison, assassinée. celui de son père, heath, alcoolique notoire à la santée fragile. celui de diana, sa mère, abonnée absente depuis dix-sept ans. celui de tom, son petit frère, accro à la cocaïne et à la vodka. son titre de lieutenant c'est la seule chose qui la rend fière de son patronyme sali par le temps. un patronyme qu'elle ne parvient à effacer. âge & date de naissance : elle a eu trente et un an le premier janvier. un début d'année merveilleux pour ses parents, trop heureux de faire naitre le premier bébé de 1985 à lewisburg. un bébé qui depuis doit endurer cotillons et chansons pleines d'espoir dès qu'elle prend un an de plus. origines & nationalité : l'américaine a toujours vécu à lewisburg, sa famille y est installé depuis des années. des générations qui se suivent les unes les autres, marquant d'une façon ou d'une autre l'histoire de la ville. études & emploi : studieuse, talentueuse, elle s'est vu offrir une bourse pour entrée à Yales. elle a refusé la brune, préférant quitter lewisburg un temps pour l'école de police de nouvelle-orléans. un choix qui en a surprit plus d'un mais dont elle est fière. major de sa promo, elle est devenue agent de police puis lieutenant. son métier, c'est sa vie. la brune a fait beaucoup de sacrifice pour son poste, pensant que celui-ci pourrait la combler toute sa vie. sauf que non. sauf qu'elle a fait une bêtise, et qu'on lui a retiré le droit d'être celle qu'elle est. une bêtise, faible mot. bavure qui est venue mettre fin à sa carrière momentanément -peut-être. elle est détruite de ne pouvoir travailler. elle est brisée d'avoir perdu ça. mais plus encore, traumatisée par la mort de ce type, un innocent. parce qu'elle a eu peur. statut civil & orientation sexuelle : les hommes la font vibrer. non, son homme la fait vibrer. mariée pendant longtemps à son amour de jeunesse, elle a été toute sa vie un modèle de stabilité. et si il a longtemps insisté pour avoir des enfants, elle est parvenue à le faire changer d'idée. parce qu'accueillir un gamin dans ce monde où l'on tue même les plus jeunes, ça le rend malade. de toute façon, elle n'a pas eu de mère alors pourquoi en serait-elle une bonne ? sauf que. depuis sa bavure, la jeune femme se punie de toutes les manières qu'elle trouve. elle a quitté ethan du jour au lendemain, sans explication, lui posant devant les yeux les papiers du divorce. se débarrassant de sa dernière source de bonheur. le chassant. avant d'apprendre sa grossesse, surprise et non voulue. grossesse qu'elle accepte comme un fardeau, punition pour la vie qu'elle a prise. qualités & défauts : réponse ici groupe : forte, solitaire, froide parfois, rêveuse, cultivée, curieuse, créative, démago, impatiente, investie, passionnée, pessimiste. lola elle est tout ça, même si elle ne l'assume pas toujours. parfois -la plupart du temps- elle fait semblant.  avatar & crédits : kate mara by ice and fire


le massacre : lola a perdu sa petite soeur ce jour là. madison, enfant rêveuse et créative. ça a brisé sa famille, ça a tout brisé. si elle dit que l'évènement lui a inspiré son métier, il lui a aussi inspiré sa peur de la maternité, et ses cauchemars chroniques. elle n'a plus jamais dormi sans médicaments, la brune. sa mère s'est barrée, son père est devenu alcoolique, et ça a sombré son frère dans les mêmes tares. le drame, il a détruit sa famille, sa vie aussi. il continue de la plonger dans l'horreur, encore et encore. drame qui a fait de sa vie un enfer.


stay and play
lola a toujours voulu être flic. ça a commencé quand ceux-ci sont venu de la sortir de sa classe, adjacente à celle de sa soeur. ces héros mettant fin au calvaire vécu dans la peur ont été de véritables révélations. elle a toujours tout fait pour être la meilleure, à l'école comme au poste de police. un palmarès qui impressionne ses collègues et force le respect. elle adore son métier, et a fait beaucoup de sacrifices pour. sa vie amoureuse en pâtis souvent, mais elle ne peut s'en empêcher. elle a besoin de sauver ceux qu'elle peut sauver. + lola est une dessinatrice hors pair et adore ça. ses cahiers à croquis sont pleins des visages de ses proches. chacun a eu le droit de finir sur les pages blanches de sa vie, marquant au fusain son existences avec leurs traits, leurs courbes et leurs couleurs. rien que dans un carton reposent des milliers de dessins d'un ethan tantôt souriant tantôt pensif, tantôt adolescent et tantôt époux. une passion qu'elle a gardée de l'enfance et qu'elle ne compte pas abandonner là. + lola est désormais orpheline. son père est mort l'année passée, emporté par l'alcool et la maladie. il ne lui reste plus que tom, son petit frère. tous les deux ils ne s'entendent pas très bien, la grande ayant abandonné le plus jeune égoïstement, trop fragile pour le regarder sombrer à son tour. elle essaye de se faire pardonner comme elle peu après de lui, une tâche plus dure qu'elle ne l'aurait cru. + son divorce soudain, c'est une lubie stupide et elle le sait. mais elle ne peut plus vivre à coté d'ethan, elle ne mérite plus cette existence. elle lui a fait trop de mal, l'a privé de trop de choses. elle ne veut pas qu'il finisse seul à attendre qu'elle ne revienne du travail sur un brancard, attaquée par un malade. elle le laisse tomber pour son bien. et puis, pour se punir. pourquoi pourrait-elle être heureuse quand l'autre homme est mort par sa faute, par sa peur de voir le drame de lewisburg recommencer, encore. + 'été dernier, lola a fait le choix d'avorter. un choix difficile à faire mais qu'elle a osé, trop impliqué dans sa carrière et sur le point de passer inspecteur. elle ne le regrette pas, parce que la maternité n'est pas faite pour elle et que sa vie est toute aussi belle sans enfants. mais ce choix a fait beaucoup parler dans son entourage et nombreux sont les jugements qui lui sont tombés dessus. elle n'en a eu cure, restant tête haute. elle prône les droits de la femme, tous ses droits. une guerrière aux idées féministes, en accord avec ce qu'elle est. + la nouvelle de sa grossesse a eu l'effet d'une bombe dans son esprit. enceinte de cinq mois, déni de grossesse, tout ces mots l'ont fait s'effondrer. le pire c'est de ne pas savoir. savoir si elle est heureuse ou non. cet enfant, elle le voit comme une punition. une vie pour une vie. elle a refusé de l'annoncer à son époux, à qui que ce soit. mais ça commence à se voir, son ventre soudainement plus rond. un poids de plus à porter. un poids qui lui fait mal.


pseudo & prénom : dameron, ake marie. âge & pays : 20 ans, la france avis sur le forum : c'est mon bébé, un peu fréquence de connexion : ma vie/24 autre : n'hésitez pas à me contacter au besoin

____________________________________________________

I don't wanna be someone who walks away so easily. i'm here to stay and make the difference that I can make. Our differences they do a lot to teach us how to use The tools and gifts we got, yeah, we got a lot at stake and in the end, you're still my friend at least we did intend For us to work we didn't break, we didn't burn. We had to learn how to bend without the world caving in. I had to learn what I've got, and what I'm not, and who I am @jason mraz



Dernière édition par Lola Rutledge le 01.02.16 0:50, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarLola Rutledge
we keep this love in a photograph.
MESSAGES : 100 SINCE : 30/01/2016 NICKNAME : dameron (marie). FACE, @ : k. mara; @herjuliwii.
HEART › : soon to be divorced, her heart slipt in two parts. her body laughing at her with a surprise bump.


we are the heroes of our time
RP › : (3/3) - fr
LINKS › :

MessageSujet: Re: (sweet harmony)   31.01.16 14:53

ghosts that we knew
des nuages haut dans le ciel. et partout autour d'elle le silence pesant d'un monde qui explose. son père devant un verre de scotch, son frère jouant avec des cubes de plastiques, trop petit pour comprendre. et tout les jours s’enchaînant ainsi alors que la fillette suffoque. son père était un homme bien, c'est fini. elle est seule, sans madison. un enfant si jeune ne devrait se sentir seul. pas d'amis bien proches, une mère barrée, des gamins qui se moquent sous couvert de ses vêtements rapiécés et de ses livres d'histoires toujours en poche. une gamine hors des critères, une enfant sans rien et pourtant au sourire toujours rayonnant. les cheveux coupés court pour ne pas gêner, pas de vêtements féminins et aucuns savoir des jeux que ces enfants font pour imiter les grands. comment jouer au papa et à la maman, si le modèle de base est cassé ? Et tom, trop petit pour comprendre l'état bancal de ce monde dans lequel il a osé montrer son nez. il n'a pas de chance, ce gosse. un bébé présent quand le reste se barre. et si elle n'a plus de maman, alors Dieu a donné à la fillette un frère tendre pour toujours être ensemble. pour oublier madison, endormie pour toujours. sa soeur adorée, sa soeur chérie. et puis leur père. parfois, il est triste. cet homme plein de vie qui voulait leur bonheur devient gris, mélancolique, les yeux dans le vide et le regard fermé. et l'enfant comprends alors qu'il ne doit surtout pas être dérangé. des moments comme celui-ci. son père devant son verre de scotch. son frère jouant tranquillement. le silence pesant sur ses fines épaules. une boule dans sa gorge qu'elle s’efforce de combattre afin de ne pas rendre papa plus malheureux qu'il ne l'était déjà. et sans un mot elle sorte, allant s'allonger dans ce jardin abandonné aux arrières de la maison, sous les grands arbres et le ciel bleu. et le silence l'entourant. et le vent la berçant. et les craintes l’asseyant. et la vie continuant.

« Pour ce TP je vais vous demander de vous mettre en groupes de deux. Merci de me rendre des notes communes à la fin de la séance. » elle soupire, le nez plongé sur sa feuille. son dessin avance, arbre millénaire aux branches qui s’entrelacent, liens indéfectibles entre elles, montagnes face aux vents. modèle immuable de solidité. elle sait qu'elle va bosser seule, elle bosse toujours seule. parce que la classe possède un nombre impaire d’élèves, et que personne ne se met jamais avec elle. elle doit faire peur, un truc comme ça. elle a seize ans, et elle est seule. la gamine trop maigre, trop bizarre, la fille aux cheveux courts qui se balade de salle de classe en salle de classe, un livre à la main, le casque sur les oreilles. elle ne parle pas, ni aux gens, ni en cours. elle n’a pas dis un mot depuis la rentrée et les professeurs ont bien comprit qu’il ne servait à rien de lutter. muette, solide. une carapace qui les empêches de comprendre qu’en elle c’est la tempête. les autres élèves la regardent étrangement, ils s’écartent lorsqu'elle passe près d’eux, elle qui passe son temps avec le vieux voisin, comme si s'était son ami. elle a réussi, ils lui foutent la paix. elle peux être seule avec ses démons, avec elle même. elle aime ce silence, il lui fait un bien fou. il l'empêche de sombrer, de craquer. il l'empêche de tout envoyer en l’air. « Je peux m’asseoir ? » cette voix, elle la connait. c’est surement pour ça qu’elle la surprend autant. ethan, membre de l’équipe de football, gamin populaire dont elle déteste la façon de rire, trop fort et trop ouvertement comme pour se donner en spectacle. lola lève les yeux vers lui, trop surprise pour avoir l’air féroce. « Clark est absent, alors je me suis dis que nous pourrions bosser ensemble. » avant même qu'elle n'ai pu virer le malotru, le garçon s’asseyait à ses cotés. que lui veut-it ? tout de suite, elle s’imagine que c’est un pari avec ses amis, une blague. « Je ne t’en ai pas donné l’autorisation. » voilà, elle a grogné. décembre, et il lui fait dire ses premiers mots. il la regarde, et sourit. il sourit franchement, comme lorsqu’on est content et que l’on sourit. pas le sourire de moquerie, le sourire vainqueur d’un gars qui vient d’empocher le prix d’un pari, rien. juste un sourire. « Je savais bien que tu n’étais pas muette. Moi c’est Ethanh. » elle hésite à répondre, et pose son crayon. qu’est ce qu’il lui veut à la fin, devenir son ami ? elle voudrait rire si il n’avait pas eu l’air aussi sérieux. « … Et c’est là que tu me dis ton prénom. Même si je le connais déjà, bien sur. » il se mord la lèvre, qu’espère-t-il ? qu'elle va tomber dans son piège ? ses yeux lui donnent envie d’y tomber, voilà qu'elle se surprend elle même. « Lola. » pas plus d’effort, mais ça semble lui convenir. « Enchanté Lola. Tu dessines très bien. » elle rosie autant que sa peau le lui permet et cache le dessin sous ses bras, sous son pull trop grand, sous sa honte. ses dessins, c’est son jardin secret. elle n'a aucune envie de les partager, surtout avec ce type. il semble comprendre, grimace comme un type qui a fait une connerie, et ouvre son cahier. il l'intrigue, lui et l’intérêt qu’il lui porte soudainement. sans plus de cérémonie il se met à travailler, commentant tout ce qu’il fait, histoire de la mêler à l’échange. elle, elle ne peut rien faire d’autre que le fixer, tentant de comprendre ce qu’il veut, ce qu’il fait là. ce qu’il semble remarquer, puisqu’il relève son visage poulain vers celui de la jeune fille. « Pourquoi est-ce que t’es toujours seule ? » « Je ne suis pas toujours seule. » qu'elle lui répond, vexée que l’on puisse juger de ses actes. elle fronce les sourcils, elle regarde ailleurs. elle ne veut pas qu’il comprenne qu’il la trouble, lui et son foutu sourire en coin. plus facile à dire qu’à faire. « Si, t’es seule. T’étais déjà en cours d’histoire avec moi l’année dernière et c’est la première fois que je t’entends parler. Non, rectification, la dernière fois c’était lorsque nous avions douze ans et que Tony Hernandez t’a marché sur le pied en allant à la gym, et que tu lui as cassé le nez. » elle rougit plus encore, si bien que sa peau devient un maelström de couleurs chaudes, des couleurs d'automne. ce type se souvient de ça, vraiment ? mais qu’est ce qu’il lui veut à la fin ?! « Tu m’espionnes ? » «« Je te trouve très belle. » ses yeux reviennent sur lui, deux soucoupes. elle ne comprend plus rien. tout ce qu'elle sait, c’est que son coeur bat la chamade. 

un cri suraiguë sort de la gorge de la jeune femme alors que lui rit aux éclats. tant pis pour le voisinage, tant pis pour le reste du monde. l'eau fraiche coule sur leurs corps agités et voilà qu'elle se retrouve complètement trempée et hilare. « On avait dit pas le t-shirt ! » le bras coincé contre sa poitrine, lola ne parvient pas à arrêter de rire. son t-shirt blanc, complètement trempé, vient coller sa peau et son soutien-gorge, moulant la moindre de ses rondeurs. elle voudrait le frapper, mais ce serait abandonner sa poitrine et la laisser à la vue de tout passant un peu trop curieux. ce qui bien sur, ne fait rire que plus encore un ethan lui aussi trempé, ayant abandonné depuis longtemps son propre haut. deux idiots dans un jardin jouant à se balancer de l'eau, deux amoureux transit sous une température d'été. « Pas le t-shirt ? Oups, j'avais cru entendre le contraire. » son sourire en coin vient frapper la jeune femme de plein fouet qui est obligée de reprendre son souffle entre deux enclavements. qu'il est beau. deux yeux noisettes d'une profondeur troublante, un regard qui la transperce de toute part, un aura heureux. là, avec les oiseaux qui chantent, le soleil qui caresse leurs peaux, et son regard sur elle, elle sait ce que le mot bonheur signifie. « C'est ça ! Tu l'as fais exprès, espèce de pervers. » à son tour de rire, et d'attraper un sceau vide qui traine dans un coin du jardin. prêt à le remplir pour le vider sur la tête de la jeune femme, il est retenu inextremis par celle-ci venu l'attraper rapidement, une main sur son torse et l'autre bloquant son poignet. ils ne rient plus d'un coup, le regard plongé dans celui de l'autre. le temps s'est arrêté. leurs deux coeurs battent à l'unisson. leurs souffles se mêlent. bientôt, il vient poser ses lèvres sur les siennes avec toute la violence de son amour, ravi de sentir aussitôt une réponse gourmande chez son épouse. le baisé semble durer des heures et des heures, comme à chaque fois que la passion prend le pas sur la raison. puis leurs visages s'éloignent et l'homme se met à hurler alors que lola, tout sourire, verse de l'eau froide sur son torse pourtant à nouveau sec. une vengeance fourbe qui la fait se marrer. à lui de l'attraper, et de la soulever, reprenant là où il voulait aller. la faisant tomber sur la pelouse humide, leurs souffles saccadés, leurs sourires en pleine lutte pour savoir lequel serait le plus expressif. et leurs lèvres qui se retrouvent, encore. parce qu'elles y sont destinés depuis toujours.

la silhouette est là, elle lui fait face. la main dans la poche intérieure de sa veste. le regard farouche. de l'autre coté du trottoir, l'école de lewisburg. la même dans laquelle est morte madison, vingt ans plus tôt. et lola qui tremble, qui pointe son arme sur lui. ça fait déjà plusieurs minutes qu'elle le voit, qu'elle se méfie. qu'il traine autour de l'école, suspect, comme fasciné par le lieu macabre où les cris d'enfant résonnent. et lola qui lui demande de s'écarter, de partir. et lui qui reste. et lola qui le menace, qui va pour l'arrêter. qui croit voir une arme. et qui le met en joue alors qu'il n'obéit pas, qu'il sort quelque chose de sa veste -une arme, lui semble-t-il voir. et elle qui tire, effrayé par l'idée de voir l'école à nouveau attaqué en ce triste anniversaire. et lui qui tombe, la main ouverte sur une carte d'inspecteur de l'académie. c'est la fin de sa carrière, elle le comprend immédiatement. son collègue, qui tenait aussi en joue l'autre, baisse son arme. lui prend la sienne. et la prend dans ses bras. c'est fini pour le moment.

____________________________________________________

I don't wanna be someone who walks away so easily. i'm here to stay and make the difference that I can make. Our differences they do a lot to teach us how to use The tools and gifts we got, yeah, we got a lot at stake and in the end, you're still my friend at least we did intend For us to work we didn't break, we didn't burn. We had to learn how to bend without the world caving in. I had to learn what I've got, and what I'm not, and who I am @jason mraz

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(sweet harmony)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Horde sweet horde
» [ZDoom][TC] Harmony
» Sweet little baby - [Dehl' & Léa] - [ENG]
» JMK ♣ Sweet Jenna, sweet teacher... à votre service.
» Présentation de SwEet-LovE.x

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE GREATEST :: i'll raise you like a phoenix :: coming home :: something better-
Sauter vers: